Retour à la page d'accueil

Retour à la liste des critiques

 

  • TRANS AMERICA
  • OGALLALA
Dans l'un, vous traversez l'Amérique du Nord de part en part : Trans America est un jeu pour ceux qui aiment les trains et la géographie. Dans l'autre, vous tentez simplement de surnager en protégeant vos canoës des attaques ennemies : Ogallala est un jeu mouillé et plein d'ambiance !

TRANS AMERICA fait partie des trois meilleurs jeux de l'année 2002 en Allemagne. Nous pourrions en être surpris d'autant plus surpris que ses concurrents proposaient des mécanismes plus audacieux. Mais la simplicité est parfois payante et Trans America prend sa place parmi les bons jeux familiaux de niveau facile.

Chaque joueur est propriétaire d'une compagnie ferroviaire et cherche à remplir son contrat : réunir cinq villes américaines par voie de fer en posant des rails sur les cases d'une carte qui sert de plateau. A chaque tour de jeu, il pose 1 ou 2 tronçons qui s'ajoutent à ceux qu'il a déjà placés. Il cherche, par ailleurs, à se connecter aux voies des autres compagnies car le réseau ferroviaire américain ne fait qu'un et les rails posés par les autres joueurs représentent un travail qu'on s'épargne à soi-même !

Laissez donc vos concurrents construire les lignes incontournables et préoccupez-vous de desservir les destinations les plus à l'écart. C'est un principe dont on découvre vite l'efficacité et les enfants de 9 à 11 ans qu'un tel jeu séduit, le comprennent aisément.

La boîte est joyeuse, la règle facile, le matériel en bois. Les parties durent une vingtaine de minutes et se jouent en 2 ou 3 manches. (2 à 6 joueurs, dès 8 ans).

Construisez des canoës

Bien plus élaboré et donc plus riche en surprises, Ogallala nous emmène sur les grands lacs du même continent. Chaque joueur dispose d'une zone clairement définie dans laquelle il construit des canoës. Il les conçoit de la longueur qu'il veut, en alignant des cartes les unes à côté des autres : ces cartes sont des sections de canoë, parfois une extrémité droite ou gauche, plus souvent une partie intérieure qui contient un objet ou un passager.

En fin de jeu, la valeur des tous les canoës est comparée sur deux critères : la longueur des embarcations et les marchandises qu'ils transportent (chevaux, ours, marchands, canons, tabac).

Gare aux flèches et aux lassos

Il n'est pourtant guère facile de maintenir au-dessus de l'eau les canoës construits car ils attirent inévitablement l'intérêt des autres tribus (les autres joueurs). Celles-ci ne se privent pas de lancer des lassos pour y voler les marchandises les plus intéressantes. Ni d'envoyer des flèches sur les indiens qui défendent ces canoës pour les affaiblir en prévision de l'attaque finale.

Très rapidement, Ogallala devient un jeu turbulent et plein de rebondissements. L'un d'eux est assuré par l'apparition inopinée d'un indien fou qui oblige régulièrement un joueur à saborder une de ses propres pirogues. Chacun est bien conscient de ce danger récurent et ne cesse de prévoir des petits canoës qu'il peut sacrifier quand la malédiction s'abat…

Ogallala est détonnant et fait partie des meilleurs jeux de cartes de la collection Amigo. Les parties durent une trentaine de minutes. Nous vous le conseillons dès 9 ans. (2 à 5 joueurs). Le jeu est disponible en version internationale et plusieurs distributeurs belges ont enfin compris que cette collection était intéressante pour notre pays. Elle comprend, en effet, des titres incontournables comme Halli Galli, Lobo 77, Pipo, Cocotaki, 6 Nimmt…