Retour à la page d'accueil

Retour à la liste des critiques

 

Villa Paletti

Ce jeu commence par une histoire qui donne clairement le ton. L'architecte italien Paletti, manquant de sous pour réaliser ses projets les plus fous, imagina de construire une villa sur le principe suivant : pour construire un nouvel étage, il récupère une partie des colonnes qui ont servi à construire les étages inférieurs…

C'est dire qu'on s'embarque dans un fameux jeu d'équilibre, ce qui ne dénote pas chez cet excellent éditeur, les Editions Zoch, qui nous ont déjà ravis avec BAMBOLEO et LA ROUE DU HAMSTER.


Récupérez vos colonnes et posez-les plus haut…

Chaque joueur reçoit quelques colonnes plus ou moins fines mais toutes de même hauteur. Toutes ces colonnes sont placées sur un pré d'herbe sur lequel Paletti va nous faire construire une étrange villa. Dès le début de la partie, le sol d'un premier étage est posé. Jouer, c'est parvenir à prendre une colonne sous ce plafond et la faire monter d'un étage sans que l'ensemble de la construction ne s'écroule.

Chaque joueur peut s'aider d'un crochet recourbé pour attraper les colonnes de sa couleur… Il réfléchit préalablement aux colonnes indispensables au maintien de l'édifice. S'il parvient à prendre une colonne, il la pose aussitôt sur l'étage suivant en y choisissant une place judicieuse à ses yeux… puisque cette même colonne est appelée à monter encore plus haut dans la suite du jeu.

Des plafonds dangereux et des sols prometteurs

De grands silences entourent les manipulations des joueurs, spécialement quand le nombre de colonnes à prendre par dessous se réduit. En revanche, les coups réussis suscitent souvent l'admiration et des applaudissements. Un joueur peut cependant déclarer que le transfert d'une colonne est impossible et, si personne ne conteste son avis, le jeu grimpe d'un niveau et le sol du prochain étage est aussitôt ajouté.

C'est ainsi que pousse cette étrange villa jusqu'au moment où, malgré tout, un imprudent tire une colonne de trop et fait s'écrouler l'édifice.

Un régal de formes et de couleurs

Comme toujours, chez Zoch, on joue autant avec les doigts qu'avec les yeux. Le matériel est superbe et les plateaux nous émerveillent tant par l'arc-en-ciel de leurs couleurs que par les formes aériennes qui sont pleines d'incidence sur la règle.

Dans la gamme des plaisirs, de tels jeux s'adressent à un public large, autant en goûts qu'en âges. Bien des adultes qui n'aiment pas jouer, se laissent séduire par les jeux qui se fondent sur une recherche d'équilibre. Bamboleo et Jenga ne cessent de nous le prouver. (A partir de 9 ou10 ans).