PALAZZO

A Florence, au 15ème siècle, les architectes rivalisent en construisant des palais de brique, de grès ou de marbre. Bien sûr, au plus ils sont hauts, homogènes et garnis de fenêtres, au plus ils ont de la valeur en fin de jeu. Faute de moyens, certains immeubles ne pourront cependant pas être développés et, si leur construction stagne au niveau d'un rez-de-chaussée, ils deviendront des points négatifs pour leur architecte.

Le jeu se joue autour d'un dépôt et de quatre carrières qui permettent diverses actions. Du dépôt, on prend tandis que dans les carrières on vend aux enchères.

On dit que Palazzo est un mélange réussi entre le style de jeu d'Alhambra et celui de Cités Perdues.

Du premier, il est l'héritier par le choix constant qu'il faut faire entre augmenter et acquérir des matériaux pour construire. Comme dans Alhambra, une même monnaie abondante vaut mieux que beaucoup d'argent en monnaies diverses. Et là où une carte s'avérait intéressante par la disposition de ses murs (Alhambra), ici c'est la recherche de matériaux précis qui enflammera sans doute les dépenses d'un joueur !

Du second, il retient la manière d'ordonner les cartes : on ne pose pas un étage n° 1 au-dessus d'un étage n° 3. Encore qu'il soit possible de recourir à un troisième type d'action : transformer un immeuble ou s'en débarasser !