MODERN ART

un jeu de Rainer Knizia

Ambiance de galeries. Achetez et revendez des tableaux. Lors de chacune des quatre manches, certains tableaux sont mis aux enchères. Mais soyez attentifs aux auteurs des toiles proposées : plus un artiste est vendu, plus la valeur de chacune de ses toiles prend de la valeur…

Le jeu contient 70 cartes " tableau ", de jolies illustrations de Caroline Carrion qui a conjugué son imagination sous bien des formes.
Chaque joueur en reçoit un certain nombre et les vend, tour à tour, aux enchères. Dès qu'un artiste a été vendu 5 fois, la vente est stoppée et tous les tableaux qui ont été achetés sont revendus à la banque. La valeur d'un tableau dépend de sa fréquence.

Il y a cinq manières de vendre aux enchères : enchérir n'importe comment et à volonté, limiter l'enchère au droit d'enchérir une seule fois par joueur (et dans un ordre déterminé !), une offre cachée par chaque joueur dans sa main, un prix fixé par le joueur, une enchère particulière qui peut rapporter 2 tableaux d'un même artiste.

L'argent payé revient au vendeur (qui s'enrichit ainsi) sauf si c'est lui-même qui achète (dans ce cas, l'argent est versé à la banque).

Parce qu'une manche finit dès qu'un cinquième tableau d'un même artiste est mis en vente, certains joueurs restent avec des tableaux en main. Ils les gardent et ceux-ci s'ajoutent aux tableaux qu'ils reçoivent pour commencer la manche suivante.

Lors de la vente à la banque, les joueurs reçoivent pour chaque tableau une valeur qui dépend de la " cote " de l'artiste : 30 euros pour le plus en vogue; 20 euros pour le second et 10 euros pour le troisième. Les tableaux des autres artistes ne valent rien !

Si lors des manches suivantes, un artiste déjà valorisé est de nouveau plébiscité, la cote de ses tableaux fait un nouveau bond car on additionne les valeurs des manches pour cet artiste. Avec une exception : si dans une manche, son score est de 0 euros, il ne profite pas des valeurs des manches où il a cartonné.

Cette règle des valeurs crée de fameux rebondissements qui font monter l'intérêt des enchères et le stress des joueurs. En tout une excellente recette de Reiner Knizia (un des meilleurs auteurs actuels) qui convient à ceux qui savent se désarmer, quitter leur sérieux et foncer tête baissée dans des ventes où se construisent des Everest de plaisir qui ne durent que le temps d'une partie !