Retour à la page d'accueil

GOLDLAND

 

Retour à la page d'accueil

Retour à la liste des critiques

 

 
Un sac à dos génial, un pays surprenant, des objectifs variés : Goldland réunit avec brio tous les ingrédients d'un jeu de société intelligent et aventureux !

Goldland tourne autour d'une idée géniale. Pour entreprendre le grand voyage auquel le jeu nous convie, l'usage du sac à dos est incontournable. Mais quel sac à dos ! Dedans, 12 compartiments que chacun emplit ou laisse vide comme il l'entend. La règle est cependant facile à comprendre : au plus je suis chargé, au moins je vais vite. En revanche, au moins j'ai de ressources dans mes bagages, au plus j'ai difficile d'avoir du répondant pour affronter les situations d'aventure qui me tombent dessus.

Nous voilà donc partis ! 13 cartes posées en L forment le bord d'un plateau que nous découvrirons au fil de la partie. Sur ces cartes sont dessinés des chemins qui permettent de s'enfoncer, toujours plus avant, sur des terres mystérieuses. Bien des itinéraires sont possibles et si certains joueurs se suivent, en file indienne, sur les mêmes ponts suspendus, d'autres préfèrent suivre des vallées qui leur font traverser des déserts ou des jungles peuplées d'animaux sauvages et de tribus farouches.

De toute manière, les épreuves sont incontournables. Pour les traverser, il faut être en possession de l'outil (pelle, corde, fusil) ou du cadeau (perles, poissons) qui permet le passage ou calme la situation. A défaut, il faut revenir en arrière pour l'acquérir.

Choisir ce qui nous semble le plus utile

Ces outils et ces cadeaux s'acquièrent par échanges successifs. En démarrant ou en finissant son tour de jeu, un joueur peut toujours réaliser un échange sur la carte où il stationne. Il sort de son sac à dos l'objet dessiné sur la carte et le troque contre celui ou ceux que cette même carte offre en échange. Chaque carte permet des échanges différents et chacun voyage donc en fonction de ce qu'il cherche…

Au fil de la partie, les joueurs construisent cependant des camps de base qui leur permettent d'économiser certains droits de passage : un atout indéniable qui se répercute aussitôt sur le poids de leur sac à dos mais également en points de victoire. Goldland utilise, en effet, un système de bonus comme on en trouve dans les colons de Catane ou Médina (un bonus qui peut être ravi par d'autres joueurs).

Des itinéraires à inventer

Les rounds se succèdent donc. Avec chacun d'eux apparaissent de nouvelles cartes qui sont connectées aux routes existantes. La géographie du pays prend de l'ampleur. Chacun analyse les différents itinéraires et, en fonction de ce qu'il possède dans son sac à dos, choisit tel ou tel chemin pour rejoindre l'eldorado dont parle la légende…

Personne ne se prive cependant de faire quelques détours car, de ci de là, traînent des trésors destinés aux premiers qui les atteignent. Encore faut-il qu'ils soient capables d'en payer le prix, ce qui les ramène une fois de plus au contenu de leur sac à dos !

C'est dire que Goldland est rebondissant : un vrai jeu de société qui titille autant notre intelligence que notre plaisir. Les parties sont variées, le plateau se renouvelle bien et, je n'en doute pas, plus on y joue, plus on y essaie d'autres stratégies.

Avis donc aux gourmands de bons jeux ! Comptez 70 à 90 minutes pour une partie. De 3 à 5 joueurs, dès 11 ans.

Goldland est un jeu des éditions Goldsieber.