retour à la liste des critiques

retour à la page d'accueil

EMERALD

Emerald vient d'être nommé Meilleur Jeu familial de l'Année 2002. Cette distinction est remise au Salon de Essen et nous sommes d'autant plus ravis qu'elle est attribuée à une petite firme, Abacus, qui investit dans des jeux qu'elle choisit avec soin. C'est, rappelons-le, grâce à cet éditeur, que le lièvre et le Hérisson est à nouveau disponible sur le marché du jeu.

Le mécanisme d'Esmérald est relativement facile. Les joueurs sont des chevaliers qui s'aventurent sur un chemin de montagne pour voler les trésors d'un dragon : une aventure dangereuse car le dragon est aux aguets et survole inlassablement le chemin qui mène à sa grotte. Chaque fois, d'ailleurs, qu'il se pose sur une case où se trouve un chevalier, ce dernier est capturé et sert de nourriture pour son bébé, le dragonet Esmérald. A moins que sa mère ne se laisse attendrir par une part d'or que le chevalier tente de lui offrir pour sauver sa vie.

Trois éléments rendent ce jeu original. Le premier est relatif aux déplacements des chevaliers et nous fait penser au mécanisme (inversé) de Cartagena. Les chevaliers progressent d'un nombre de cases égal au nombre de chevaliers qui se trouvaient avec lui sur sa case de départ. Cela veut dire, par exemple, qu'un chevalier qui part d'une case où se trouvent rassemblés quatre chevaliers, avance de quatre cases. C'est simple à comprendre mais utile à mettre en œuvre car on provoque certaines situations soit pour s'avantager, soit pour forcer son adversaire à se risquer en zone dangereuse.

Cette " zone dangereuse " est justement le second élément qui vaut la peine d'être remarqué. Une baguette de bois, tantôt poussée en avant, tantôt poussée en arrière, indique sur quelles quatre cases se déplace le dragon. Aux joueurs d'essayer d'éviter cette zone et, s'ils ne le peuvent, d'avoir assez d'or dans leurs poches pour séduire le dragon et sauver leur vie.

Le troisième élément, commun à bien d'autres jeux, est la possibilité de choisir entre différents objectifs pour accumuler les points de victoire. Certains tentent de récolter de l'or, d'autres font des collections de pierres précieuses, d'autres encore n'ont de souci que de parvenir au plus vite dans la grotte du dragon pour y rafler les trésors et les bonus qui attendent les quatre premiers.

Esmérald, par son ambiance très Héroïc Fantasy (trésors, dragon, château, chevaliers, chemins de montagne) est un jeu qui a tout pour plaire aux familles dont les enfants ont entre 8 et 12 ans. Le graphisme, dans des couleurs sombres et rougeoyantes, sert bien l'atmosphère de cette quête. Le matériel est en bois. Les parties durent une quarantaine de minutes.