Carcassonne :

DIE BURG

le jeu de base pour 2 joueurs

Les idées des uns sont source d'imagination pour d'autres. Le très bon auteur Knizia revisite Carcassonne, l'excellent jeu de Wrede, et nous en donne une version pour deux d'une qualité remarquable. Cette fois, la partie se déroule à l'intérieur des murs de la ville médiévale et de fameuses surprises nous y attendent.

Pour ceux qui ne connaissent pas cet excellent jeu qui fut primé en 2000, Carcassonne est un jeu de dominos intelligents dans lequel on récolte des points quand on termine une route, un château ou le territoire d'une abbaye pourvu qu'on y ait installé un de ses pions. En principe, seul un pion peut occuper une de ces zones… mais tout l'art du jeu est de parvenir à se glisser, par des constructions contiguës, dans celles des autres !

Die Burg, la version pour 2 joueurs conçue par Knizia, fonctionne en gros sur le même principe. Les joueurs construisent un paysage à l'intérieur des murs de Carcassonne dans lequel alternent des prés, des châteaux et, cette fois, puisqu'on est en ville, des maisons. La logique de connexion semble plus simple car seuls les chemins doivent prolonger des chemins et qu'au contraire du jeu de base, on peut mettre un pré contre un château ou un château contre une maison.

On retrouve le plaisir de se glisser dans les constructions de son adversaire ou de les agrandir démesurément pour lui donner des cheveux blancs.

Ce sont pourtant deux éléments neufs qui rendent ce jeu extrêmement ludique : d'une part, l'idée d'un palais qui rapporte une cagnotte de points en fin de partie ; d'autre part, la présence de bonus sur chaque tournant de la muraille.

Construisez-vous un grand palais

Par convention, dès qu'un joueur gagne sa première maison, celle-ci devient son palais : une petite maison en bois de sa couleur y est aussitôt posée. Cependant si, plus tard dans la partie, il en construit une plus grande, son palais se déplace sur cette dernière. Or, en fin de partie, celui des deux joueurs qui possède le plus grand palais, reçoit un bonus qui varie de partie en partie : il équivaut à la valeur du plus grand trou qui reste dans Carcassonne. Le nombre de tuiles disponibles pour jouer ne suffit pas, en effet, pour couvrir l'entièreté de la surface de jeu.

On arrive ainsi à s'offrir un bonus de plus de 15 points mais, si votre adversaire sent que le bonus lui échappe, il ne manquera pas d'essayer de couper la zone ouverte en deux pour diminuer votre gain !

Calculez vos coups avec précision

L'autre bonheur dans Die Burg vient du mécanisme de jeu que Knizia a lié à la muraille qui fait le tour de la ville. Cette dernière sert à compter les points gagnés par les joueurs et déroule, à cet effet, une succession de cases numérotées de 1 à 99. Or sur chaque case dont la situation correspond à un tournant de la muraille est posé, en début de partie, une carte secrète dont les effets sont divers : double gain de points lors de la construction d'un château, valorisation d'une maison non terminée, etc. Pour gagner ces cartes, les joueurs doivent simplement parvenir exactement dessus avec leur marqueur (on ne les reçoit donc pas dans le cas d'un survol). Si, dès lors, votre marqueur se trouve à 5 cases d'une de ces cartes, vous devez gagner exactement 5 points pour l'obtenir. La répercussion sur le déroulement de la partie est immédiat : on pratique une précision de chirurgien pour les gagner et on se méfie des succès flambants qui nous faisaient gagner quelques dizaines de points d'un seul coup dans le jeu de base.

Die Burg est un bijou pour ceux qui aiment jouer à deux en se servant de règles intelligentes. Les parties se renouvellent très bien sans jamais laisser poindre quelque lassitude. Elles durent 30 à 40 minutes. A partir de 12 ans.

 


Le jeu n'existe qu'en boîte allemande. Le matériel est vierge d'inscription et une traduction de la règle suffit pour y jouer.