airlines AIRLINES

AIRLINES est un jeu d'Alan Moon. Alan Moon est un créateur de jeux que j'ai souvent aimés : Elfenland, Goldland, Engeland, Les Aventuriers du Rail. C'est donc avec un a priori très ouvert que j'ai testé ce jeu en compagnie de responsables d'autres magasins.

Le plateau illustre une carte de l'Europe avec des lignes aériennes. Une dizaine de compagnies projettent d'obtenir des licences sur certains trajets et nous ne cesserons de les aider si nos propres intérêts convergent avec elles. En effet, chaque joueur acquiert au fil du jeu des actions et préfère naturellement celles des compagnies qui prennent le plus de valeur parce que leur réseau grandit de manière significative.Airlines

Lorsque c'est son tour, le joueur choisit entre quatre actions dont les plus importantes sont soit de poser des avions pour signifier qu'une compagnie étend son réseau, soit de se constituer un portefeuille d'actions en posant les cartes des compagnies qu'il a gagnées par la première action. Pour poser des avions, il faut acheter une licence et donc payer. L'argent provient de la seconde action (celui qui ajoute une action dans son portefeuille, reçoit 2.000.000 de dollars) soit d'une action très simple passer son tour de jeu et recevoir en échange 8 millions. La pose des avions doit suivre certaines règles, à savoir qu'une ligne aérienne doit avoir une logique continue (de ville en ville). Les licences sont parfois bon marché, parfois plus onéreuses... mais leur coût a une répercussion immédiate sur la croissance de la compagnie. Si une licence pour la compagnie rouge est achetée pour le prix de 5 millions, la compagnie rouge progresse de 5 cases sur une échelle qui fait le tour du plateau.

Or la place atteinte par ces compagnies sur cette échelle est très importante lors de chaque évaluation (il y en aura trois durant la partie). En effet, au moment d'une évaluation, ceux qui ont un portefeuille contenant des actions d'une compagnie reçoivent des points de victoire en fonction de la place atteinte sur l'échelle et d'autant plus qu'ils détiennent plus d'actions que leurs concurrents.

Tous ces paramètres qui s'enchevêtrent parfaitement donnent à réfléchir et à choisir, ce qui donne une fois de plus un jeu intelligent et varié. Du coin de l'oeil, chacun surveille ce que les autres déposent dans leur portefeuille et tente de rattraper le retard s'ils estiment que l'enjeu est de taille; d'autres s'allient momentanément car ils savent qu'ils seront gagnants ensemble si telle ou telle compagnie se développe rapidement; d'autres encore misent sur une compagnie fantôme (la compagnie Abacus) car les actions de cette compagnie posée dans un portefeuille peuvent rapporter gros lors des évaluations.

Nous avons eu le plaisir de jouer deux parties successives, une chance car ce qu'on apprend et rate durant la découverte du jeu, se transforme souvent en atout durant la partie suivante.

Le jeu a été sélectionné par les magasins de l'association POUR UNE AUTRE IDEE DU JEU dans la catégorie "jeux stratégiques" du Joker 2011. Il est en concurrence avec un adversaire de taille, 7 Wonders. Le découvrir nous fait passer un bon moment d'au moins 1 h 30 à 2 heures par partie.

Pascal Deru