COYOTE
Chacun finit d'ajuster son bandeau et d'y planter quelques plumes colorées. Nous voici tous déguisés en indiens et en indiennes. Impossible de ne pas pouffer ! L'ambiance est immédiatement au rendez-vous.

COYOTE n'est pas sans rappeler Perudo, bien qu'il fonctionne exactement en sens inverse. Dans Perudo, un jeu de dés et de bluff, chacun connaît la somme cachée sous son gobelet et doit tenter d'évaluer la somme totale de tous les gobelets. Dans COYOTE, au contraire, chacun ignore le nombre affiché sur son front mais voit et connaît les nombres que portent tous les autres joueurs.

Et de fait ! En début de round, chaque joueur reçoit une carte qu'il ne peut pas regarder. En s'aidant des signes d'orientation très clairs qui sont inscrits au dos de cette carte, il la coince dans la partie avant de son bandeau. Résultat : il est seul à ignorer ce que tous les autres voient. Autrement dit : chacun voit les valeurs inscrites sur les cartes de ses adversaires mais ignore la valeur de sa propre carte.

Les valeurs sont diverses : parfois un nombre négatif ou nul (-5 ou 0), souvent un nombre positif (1, 5, 10, 15), parfois un opérateur ( X 2 ou, plus drôle, -MX qui annule la valeur la plus haute).

Le jeu fonctionne sur un système de surenchères. Le premier joueur doit annoncer une valeur égale ou inférieure à la somme totale de l'ensemble des cartes mises en jeu. Par prudence et en tenant compte de ce qu'il voit sur les cartes adverses, le joueur a intérêt à annoncer " à la baisse ". Le joueur suivant, en effet, est toujours devant un double choix : soit annoncer un cran plus haut, soit déclarer que l'annonce de son prédécesseur ne tient pas.

Chaque fois qu'il y a surenchère, le tour de jeu passe au suivant qui doit à son tour surenchérir ou déclarer qu'il refuse la dernière valeur annoncée. S'il choisit cette seconde action, le round s'arrête aussitôt ; chacun retire sa carte et la dépose sur la table. C'est souvent le moment " bonheur " car l'un découvre qu'il portait sur le front une grosse valeur qui expliquait la hauteur des enchères tandis qu'un autre trouve dans le -5 de sa carte les raisons de la prudence de ses adversaires ! Les joueurs font aussitôt le total réel, ce qui permet de déterminer le joueur perdant : soit celui qui a récusé à tort l'annonce de son prédécesseur, soit le joueur qui a annoncé plus haut que la réalité. Ce joueur-là perd aussitôt une de ses plumes et un nouveau round est lancé.

L'idée des plumes est excellente car très visuelle. Elle est d'ailleurs propre à la version française, ce qui, pour une fois, est un plus ! Le matériel de jeu est très beau. Les cartes sont belles, solides et allongées. Les bandeaux, lavables, combinés aux plumes, jettent un arc-en-ciel de couleurs sur les parties.

COYOTE est un jeu qui convient bien à des enfants et des jeunes adolescents (8 à 15 ans). Les adultes rieurs y trouveront aussi leur compte s'ils l'utilisent au bon moment : un intermède drôle entre deux jeux ou de quoi se donner un coin de bonne humeur supplémentaire en fin de soirée. Le jeu se joue de 3 (mais 4 c'est mieux) à 6 joueurs et dure de 20 à 30 minutes